Religion

105.000Population

702 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightMicronésie

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La Constitution de la Micronésie, en son article 4, exclut la possibilité d’établir une religion d’État. Le même article interdit expressément toute loi limitant la liberté religieuse. [1]

Les chiffres de la démographie religieuse sont variables. Selon les estimations de 2010, 54,7 % de la population sont catholiques romains. On dénombre aussi 41,1 % de protestants, qui font principalement partie de l’Église congrégationaliste (38,5 %). [2] Il y a un petit nombre de bahaïs, de musulmans ahmadis, de bouddhistes, d’hindous et de juifs. Dans l’État de Yap, les catholiques
constituent environ 80 % de la population. L’Église congrégationaliste est importante dans l’État de Kosrae, où l’on estime que 90 % de la population est protestante. Ailleurs, les données démographiques sont plus équilibrées entre catholiques et protestants.

Rien n’indique que le gouvernement central poursuive des politiques ou autorise des pratiques qui contrediraient les garanties constitutionnelles en matière de liberté religieuse. Les groupes religieux ne sont pas tenus de se faire enregistrer auprès de l’État. Les écoles publiques ne donnent pas de cours
d’instruction religieuse, mais les écoles privées peuvent enseigner la religion en plus du programme officiel approuvé par le gouvernement. Le gouvernement peut financer des activités non religieuses dans les écoles paroissiales. Les écoles privées confessionnelles reçoivent des subventions publiques. Les prises de fonctions et les événements officiels commencent souvent par une prière chrétienne dirigée par un prêtre catholique ou un pasteur protestant. Un Conseil interconfessionnel existe à Pohnpei pour lutter contre les problèmes sociaux et promouvoir la coopération entre protestants et catholiques. [3]Le Rapport du département d’État américain sur la liberté religieuse de 2016 note que d’autres groupes, dont des mormons et des Témoins de Jéhovah, considèrent la Charte du Conseil comme non inclusive. [4]

Incidents

La création d’une communauté musulmane ahmadiyya dans l’État de Kosrae en 2011 a été accueillie avec une certaine hostilité. En 2014, environ 1000 personnes ont signé une pétition demandant que l’islam soit banni de Kosrae. [5] Un rapport détaille les incidents d’intolérance dans cet État envers la communauté musulmane. Des propositions ont été présentées au niveau municipal dans le but d’introduire des ordonnances interdisant l’islam, ou de façon alternative, imposant des impôts spécifiques aux musulmans. [6] En réponse, en janvier 2016, le Ministère de la Justice a fait une déclaration publique selon laquelle toute action qui violerait la garantie constitutionnelle de la liberté
de religion serait prise au sérieux, dans la mesure où elle pourrait engager la responsabilité pénale de ses auteurs. [7]

Le même rapport détaille également les actes sporadiques d’hostilité envers les musulmans, comme par exemple des jets de pierres sur leurs véhicules, du vandalisme sur leurs biens et le refus de leur fournir des services commerciaux. [8] En mars 2017, la communauté musulmane ahmadiyya a tenu une
conférence annuelle de la paix à laquelle des représentants du gouvernement ont assisté, ainsi que des représentants de l’Église congrégationaliste, de l’Église catholique, des Adventistes du Septième Jour et d’autres confessions chrétiennes. [9] En octobre 2017, un événement visant à éliminer les fausses idées
sur l’islam ahmadiyya et à promouvoir la compréhension pacifique de l’islam a eu lieu à Pohnpei, et l’Ambassadeur des États-Unis y a assisté. [10]

Perspectives pour la liberté religieuse

Les autorités et les représentants des principales communautés religieuses, ainsi que des membres de chaque communauté, ont transmis des signaux clairs faisant comprendre qu’ils s’engageaient en faveur de la coexistence religieuse et de la liberté de religion. Malgré les inquiétudes concernant des actes sporadiques de discrimination et d’hostilité, il n’y a aucune raison de penser que les tensions
compromettent sensiblement ces obligations légales et les relations sociales existantes.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Micronesia (Federated States of)’s Constitution of 1978 with Amendments through 1990, constituteproject.org,
https://www.constituteproject.org/constitution/Micronesia_1990.pdf?lang=en,

[2] ‘Federated States of Micronesia’, CIA World Factbook, Central Intelligence Agency,
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/print_fm.html

[3] Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, “Federated States of Micronesia’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. Department of State,
https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper

[4] https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper Section III/Section III.Status of Societal Respect for Religious Freedom, International Religious Freedom Report for 2016

[5] ‘Muslims held first annual conference of peace in Kosrae’, Kaselehlie Press, 20 mars 2017,
http://www.kpress.info/index.php option=com_content&view=article&id=567:muslims-held-first-annual-
conference-of-peace-in-kosrae&catid=8&Itemid=103

[6] ‘Kosrae’s Malem Municipal Council introduces Ordinance to ban religious freedom within its borders’, Kaselehlie Press, 7 mars 2016, http://www.kpress.info/index.php option=com_content&view=archive&year=2017&month=3&Itemid=101

[7] ‘Muslims held first annual conference …’, op. cit.

[8] Ibid.

[9] Ibid.

[10] Ahmadiyya Muslim Community FSM, ‘Meet a Muslim event held in Pohnpei’, Kaselehlie Press, 23 octobre
2017). http://www.kpress.info/index.php?option=com_content&view=article&id=780:meet-a-muslim-event-
held-in-pohnpei&catid=8&Itemid=103

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.