Religion

53.100Population

181 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightÎles Marshall

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La Constitution des îles Marshall accorde à chaque personne le droit « de pratiquer librement sa religion ». Des « restrictions raisonnables » à ce droit peuvent être imposées par la loi, si elles sont « nécessaires pour préserver la paix, l’ordre, la santé ou la sécurité publique, ou les droits ou libertés
d’autrui » [1]. De telles restrictions doivent atteindre ces objectifs par les moyens les moins restrictifs possibles, et ne doivent pas « sanctionner un comportement sur la base d’un désaccord avec les idées ou les croyances exprimées » [2] .

Les groupes religieux ne sont pas tenus de s’inscrire auprès du gouvernement. Selon la Constitution, aucun acte exécutif ou judiciaire ne peut discriminer, expressément ou de par son application pratique, sur une base religieuse. La Constitution permet également au gouvernement de financer des « établissements confessionnels [3]  » qui offrent des services éducatifs, médicaux ou autres, à condition de ne pas faire de discrimination.

Les Marshallais sont majoritairement chrétiens, et c’est le christianisme qui a eu la plus forte influence culturelle depuis la première visite des missionnaires occidentaux dans les îles au 19 ème siècle. Bien qu’il n’y ait pas de religion officielle, la prise de fonctions gouvernementales et autres réunions officielles publiques commencent souvent et finissent par une prière chrétienne. Les chiffres
concernant la répartition confessionnelle sont variables. Les grands groupes religieux comprennent l’Église Unie du Christ (54,8 % de la population), les Assemblées de Dieu (25,8 %) et l’Église catholique romaine (8,4 %) [4] . Les statistiques officielles indiquent que presque tous les autochtones du pays sont chrétiens, et beaucoup de ceux qui sont nés outre-mer le sont également. Les membres de religions minoritaires sont les bahaïs, juifs, hindous, ahmadis, baptistes et les membres de l’Iglesia ni Christo. Les minorités représentent collectivement moins de 5 % de la population. En 2012, la communauté musulmane ahmadiyya a ouvert sa première mosquée dans la capitale, Majuro. Elle reste la seule mosquée des îles Marshall.

Tous les indices suggèrent que la liberté religieuse est respectée. Des observateurs indépendants comme Freedom House ont démontré que les dispositions de la Constitution à ce sujet n’avaient pas été violées [5].

Incidents

Il n’a pas été relaté d’incidents graves au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (2016- 2018), et il y a eu peu d’indices de tensions.

La construction de la mosquée ahmadiyya en 2012 a été accueillie avec une certaine hostilité locale et a fait l’objet d’un débat au Parlement en 2014 [6] . Toutefois, en 2017, les inquiétudes et soupçons ne se sont pas renforcés et n’ont pas nettement persisté [7]. En 2016, l’imam local a organisé une conférence mondiale sur les religions, à laquelle ont participé des musulmans, des chrétiens, des juifs, des hindous et des athées.

Dans le passé, il y a eu quelques commentaires sur l’évangélisation plus « agressive » de nouveaux groupes religieux arrivés dans les îles [8] . Toutefois, cela doit être vu dans le contexte de coopération généralisée entre les différentes confessions chrétiennes, par exemple pour des événements tels que la Journée de prière des femmes en 2017 [9] .

Perspectives pour la liberté religieuse

Rien n’indique que la situation de la liberté religieuse dans les îles Marshall change dans un proche avenir.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Marshall Islands’ Constitution of 1979 with Amendments through 1995, constituteproject.org,
https://www.constituteproject.org/constitution/Marshall_Islands_1995.pdf?lang=en

[2] Ibid.

[3] Ibid.

[4] CIA World Factbook, op. cit.

[5] ‘Marshall Islands’, Freedom in the World 2016, Freedom House https://freedomhouse.org/report/freedom-world/2016/marshall-islands

[6] See, for example, ‘Muslim community puts down roots in Marshall Islands’, Pacific Institute of Public Policy, 6 août 2014, http://pacificpolicy.org/2014/08/muslim-community-puts-down-roots-in-marshall-islands/

[7] ‘Muslims in the Marshalls’, Marshall Islands Guide, 25 février 2017,

Muslims in the Marshalls

[8] ‘Christianity in Micronesia’ , (2010), Francis X Hezel S.J., micsem.org,
http://www.micsem.org/pubs/articles/religion/frames/christmicrofr.htm

[9] ‘Women’s Day of Prayer’, Marshall Islands Journal, 9 mars 2017,
http://marshallislandsjournal.com/?s=catholic

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.