Religion

64.500.000Population

242.514 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightRoyaume-Uni

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

Signataire de conventions internationales sur les droits de l’homme, le Royaume Uni s’est engagé à respecter la liberté religieuse. La Convention, qui décrit le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion (article 9), a été incorporée au droit britannique par la loi sur les droits de l’homme (1988), bien qu’elle ne soit pleinement entrée en vigueur qu’en l’an 2000.

L’Église d’Angleterre, en tant qu’Église établie en Angleterre, a dominé la vie religieuse publique pendant plus de 450 ans et bénéficie de quelques privilèges légaux. Par exemple, 26 évêques anglicans siègent à la Chambre des Lords. Bien que la majorité de la population britannique s’identifie encore largement au christianisme – selon le dernier recensement, 59,3 % de la population se déclarait chrétienne [1] – l’assiduité à l’église a chuté de façon spectaculaire au cours de la fin du XXe siècle.[2] L’immigration et les changements démographiques ont contribué à la croissance d’autres religions, notamment de l’islam.

Bien que l’instruction religieuse soit une exigence légale dans les écoles financées par l’État, plus d’un quart des écoles secondaires du pays n’en offrent pas. Fiona Moss, de l’Association nationale pour l’instruction religieuse, a prévenu que les écoles allaient produire des élèves « religieusement illettrés ».[3] Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (2016-2018), un certain nombre de personnalités publiques, dont Aaqil Ahmed, responsable des questions d’éthique et de religion à la BBC, et Justin Welby, archevêque anglican de Canterbury, se sont dites préoccupées par la hausse des niveaux d’illettrisme religieux.[4]

Selon la dernière évaluation du Pew Forum, alors que les restrictions gouvernementales en matière de liberté religieuse demeuraient faibles, les hostilités sociales étaient élevées.[5] Les statistiques nationales indiquent une augmentation des « délits raciaux ou religieux aggravés » depuis avril 2016, avec un pic en juillet 2016 (5949 crimes de haine religieuse ont été signalés pour 2016-2017). « Ces augmentations correspondent à la tendance largement signalée d’une augmentation des crimes de haine à la suite du référendum sur l’UE ».[6] En outre, les croyants ont subi des discriminations lorsque leurs propres croyances entraient en conflit avec l’évolution des normes sociétales.

Incidents

A.    Judaïsme

Pour 2017, Community Security Trust a enregistré 1382 incidents anti-sémites – le total annuel le plus élevé enregistré par l’organisation. Cela comprenait une augmentation de 34 % du nombre d’agressions enregistrées, qui sont passées à 145. L’augmentation des agressions contre les personnes perçues comme « étrangères », suite au référendum sur le Brexit, et la focalisation sur des controverses au sujet de l’antisémitisme réel ou supposé au sein du Parti travailliste, ont été considérées comme faisant partie des facteurs d’augmentation. Le chiffre de 1382 incidents en 2017 marque une augmentation par rapport à 2016, année au cours de laquelle il n’y avait eu que 1346 incidents anti-sémites. Chaque mois, de mai à décembre 2016, il y a eu plus de 100 incidents, la majorité d’entre eux impliquant des injures orales contre des personnes reconnaissables comme étant de confession juive. 22 % du total impliquaient des injures sur les réseaux sociaux. Il y a eu aussi 107 incidents violents, principalement des incidents mineurs[7].

En septembre 2017, un homme âgé se rendait à une synagogue à Londres quand un homme s’est emparé agressivement de son livre de prières et de sa calotte, les jetant tous deux sur le sol. Le même mois, deux hommes de type moyen-oriental ont crié de leur véhicule à un rabbin : « Foutez le camp, retournez en Israël, *** d’israélien ».[8] Les victimes de 22 incidents antisémites en 2017 étaient des étudiants ou des universitaires juifs, à comparer à 41 cas de ce type en 2016. Une enquête a révélé que plus d’un quart des étudiants juifs qui ont répondu avaient personnellement subi des insultes, y compris par le biais des réseaux sociaux. La plupart (65 %) ne croyaient pas que le Syndicat National des Étudiants répondrait « convenablement » aux allégations d’anti-sémitisme, compte tenu des propos anti-sémites qui auraient été tenus par des membres de ce syndicat, notamment sa présidente en 2016-17, Malia Bouattia, qui a retiré aux étudiants juifs la capacité à élire un représentant au Comité national antiraciste du syndicat.[9]

B.     Islam

Les incidents ont plus que doublé entre 2016 et 2017 – la police enregistrant 110 crimes entre mars et juillet 2017, soit une hausse de 47 % par rapport à la même période en 2016. Fiyaz Mughal, directeur de Faith Matters qui travaille à accroître la cohésion communautaire, a déclaré que le terrorisme islamiste était le plus grand facteur conduisant à des crimes de haine, mais que les gens se sentaient mal à l’aise de le dire.[10] C’est surtout l’attaque du pont de Londres en juin 2017 qui a déclenché des attaques contre les musulmans britanniques, qui ont quintuplé au cours des trois jours qui ont suivi l’incident. Des musulmanes ont été agressées verbalement dans des autobus, on leur a craché dessus, une femme a été attrapée par la gorge à un arrêt de bus.[ 11] Des insultes racistes, des actes de vandalisme et des alertes à la bombe ont été signalés. Une personne a été tuée et 12 blessées lorsque Darren Osborne, 48 ans, a fait rouler sa fourgonnette sur un groupe de musulmans près de la mosquée du parc Finsbury, au nord de Londres. En février 2018, il a été condamné à une peine incompressible de 48 ans de prison pour crime terroriste.[12]

En septembre 2017, cinq jours après qu’un adolescent radicalisé a fait exploser une bombe dans le métro, blessant 50 personnes, une mère de 47 ans a été renversée par une voiture à Leicester. Le choc l’a propulsée contre le mur d’une maison voisine. Alors qu’elle gisait au sol, le véhicule a fait marche arrière sur elle. La voiture a ensuite essayé de heurter une fillette de 12 ans qui allait à l’école, mais elle n’a été qu’effleurée. Les deux victimes portaient un foulard islamique. En mars 2018, un jury a jugé le conducteur coupable de tentative de meurtre, de lésions corporelles intentionnelles graves et de conduite dangereuse. Il a été condamné à la prison à perpétuité.[13]

C.    Christianisme

Les chrétiens rencontrent des difficultés lorsque leurs points de vue religieux entrent en conflit avec les normes politiques actuelles en matière de sexe et de sexualité. Le député libéral démocrate Tim Farron a démissionné de son poste de chef de parti, après qu’une dispute a éclaté dans les médias à propos de ses opinions en ce qui concerne l’homosexualité, au cours de la campagne électorale générale de 2017.[14] En août 2017, une Cour d’appel a condamné le pasteur pentecôtiste Barry Trayhorn pour avoir cité un passage de la première lettre aux Corinthiens (6, 9-11) lors d’un office en mai 2014.[15] Car le passage biblique cité était « désobligeant envers les homosexuels » et pouvait « légitimer les brimades ou d’autres mauvais traitements ». [16] En octobre 2017, la Haute Cour d’Angleterre et du pays de Galles a confirmé la décision de l’Université de Sheffield d’expulser l’étudiant Felix Ngole de son cours sur le travail social pour avoir affiché publiquement sur les réseaux sociaux son soutien à Kim Davis, greffière américaine. La Cour a jugé que même si les mesures prises par l’université étaient « effectivement sévères », le risque perçu de préjudice les justifiait, car les prises de position « pouvaient être consultées et lues par des personnes qui les percevraient comme des jugements, incompatibles avec l’ethos du service, ou suggérant une intention discriminatoire… quelle que soit l’intention réelle, c’était la perception du commentaire qui causerait le préjudice ».[17]

En 2016, le magistrat Richard Page, 71 ans, a été licencié après avoir dit à un couple de personnes de même sexe que, idéalement, des enfants devraient être élevés par une mère et un père. Chrétien, il avait déjà été réprimandé et avait à suivre une « formation de rééducation ».[18] De même, la magistrate du Derbyshire du Sud, Susan Preston, a reçu un avertissement officiel pour inconduite du Bureau des enquêtes judiciaires, et a reçu l’ordre de se retirer des futures affaires familiales, après avoir refusé de siéger sur une affaire impliquant des parents de même sexe en raison de ses opinions religieuses.[19] Un couple de chrétiens a été empêché d’adopter des enfants qui étaient chez eux en famille d’accueil après avoir déclaré que des enfants devraient, autant que possible, avoir une mère et un père.[20]

Les chiffres portant sur les crimes de haine en Ecosse ayant montré que les catholiques romains étaient plus ciblés que tout autre groupe religieux, la députée Elaine Smith, membre du Parti travailliste écossais chargé des questions d’inégalité, a déclaré que les membres de ce groupe religieux avaient besoin de plus de protection.[21] Une vidéo de la BBC Ecosse parodiant la distribution de l’eucharistie au sein de l’Église catholique a été décrite par Mgr John Keenan, évêque de Paisley, comme « offensante pour les catholiques, autant sur le plan des paroles que des images ».[22]

D.    Écoles confessionnelles

Les écoles juives conservatrices, notamment les établissements privés haredim, ont subi une pression croissante de l’OFSTED [23] sur les questions d’homosexualité.[24] L’école de filles Vishnitz a été blâmée lors de trois inspections de l’OFSTED, en 2016 et 2017, en partie pour ne pas avoir parlé d’homosexualité ou de changement de sexe aux enfants d’école primaire âgés de trois à huit ans.[25] Un rapport d’octobre 2016 a conclu qu’en raison de l’absence d’un enseignement dans ce domaine, « l’école n’encourageait pas les élèves à respecter les autres ».[26] Cette école privée de filles n’a pas été la seule école juive à se heurter à l’OFSTED sur cette question. En février 2017, l’école Beth Jacob Grammar, à Hendon, qui avait été qualifiée de remarquable auparavant, a été rétrogradée à « inadéquate ».[27] L’OFTSED a noté que les élèves n’étaient « pas explicitement instruits quant aux questions telles que l’orientation sexuelle », tout en reconnaissant que « les élèves apprennent l’importance qu’il y a à respecter et apprécier chacun, dans le cadre de leur foi juive ».[28] L’école primaire pour garçons Beis Aharon, à Stamford Hill, a reçu six visites des inspecteurs de l’OFSTED en deux ans, et le Secrétaire d’État a publié une ordonnance l’empêchant d’admettre de nouveaux élèves. Malgré des améliorations dans un certain nombre de domaines préoccupants, l’école indépendante était encore critiquée, depuis la dernière inspection en mars 2017, sur la « qualité de l’éducation », pour ne pas enseigner aux enfants âgés de trois à treize ans les questions LGBT +.[29] Résumant la situation alors que l’école avait perdu en appel contre la restriction, la juge Hugh Brayne a déclaré que le fait de ne pas enseigner aux élèves les questions liées aux relations de même sexe et au changement de sexe empêchait l’école « d’encourager le respect pour les personnes ayant de telles caractéristiques ».[30]

L’inspectrice en chef de l’éducation, Amanda Spielman, a critiqué les écoles confessionnelles. Elle a déclaré : « Nous avons trouvé un nombre croissant d’écoles confessionnelles conservatrices où les conditions légales qui fixent les attentes en matière de partage de valeurs et de tolérance entrent en conflit avec les attentes de la communauté ».[31] David Lammy, député de Tottenham, a déclaré « Nous sommes restés impuissants à arrêter ce que beaucoup considèrent comme une escalade d’offenses à l’encontre de l’éducation juive », et a critiqué ce qu’il a qualifié de « connotations d’idéologie soviétique » dans l’amalgame fait par Amanda Spielman entre les « valeurs britanniques » et les « valeurs laïques, que chaque école du pays doit inculquer aux enfants ».[32] Les questions LGBT + n’ont pas été spécifiquement incluses dans les valeurs britanniques pour les écoles lancées en 2014, et tandis que le respect et la tolérance pour les personnes LGBT + étaient implicites, rien ne suggérait que l’enseignement explicite des modes de vie soit nécessaire.[33] L’absence de cours explicite sur l’homosexualité dans l’école pour filles Vishnitz ne viole non plus aucune législation actuelle en matière d’égalité, ce qui soulève de sérieuses questions sur l’interprétation des directives gouvernementale par l’OFSTED.[34]

Perspectives pour la liberté religieuse

Le pic de crimes de haine pour motifs liés à la religion se rattache à des facteurs plus larges. Même si l’on espère qu’il y aura une baisse des crimes de cette nature dans la mesure où les facteurs en cause ne sont plus d’actualité, on constate néanmoins, pour chaque période soumise à un rapport, de nouveaux déclencheurs et des attaques continues de sévérité variable.

Le droit de manifester des opinions religieuses est nié lorsque les croyances sont en conflit avec les normes progressistes actuelles en ce qui concerne les questions de genre et la sexualité : les individus et les institutions sont pénalisés lorsqu’ils expriment une vision religieuse traditionnelle de la moralité, même si cela est fait de façon objective et sans intention d’offenser. Il y a toutes les raisons de craindre que plus le débat sur les questions de genre et la sexualité continuera de s’éloigner des modèles traditionnels, plus les groupes religieux et les individus qui expriment leurs points de vue dans ce domaine seront sanctionnés par les autorités gouvernementales et les institutions juridiques.

Notes de fin de texte / Sources

[1] National Office of Statistics, Religion in England and Wales 2011 <https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/culturalidentity/religion/articles/religioninenglandandwales2011/2012-12-11>. Des sondages récents montrent que le nombre de ceux qui ne s’identifient à aucune religion a augmenté. Cependant, cela repose sur des échantillons de données relativement faibles, par exemple l’enquête de 2017 qui a obtenu 53 % de répondants ne s’identifiant à aucune religion reposait sur un échantillon de 2942 répondants. May Bulman, “Record number of British people say they have no religion” Independent, 4 septembre 2017 <http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/british-people-atheist-no-religion-uk-christianity-islam-sikism-judaism-jewish-muslims-a7928896.html>

[2] Alasdair Crockett and David Voas, “Generations of Decline: Religious Change in 20th-Century Britain” in Journal for the Scientific Study of Religion, 45 (2006), pp. 567-584; BBC News (online), 7 mai 13 <http://www.bbc.co.uk/news/uk-22426144>

[3] Les parents ont également le droit légal de retirer leurs enfants des cours d’instruction religieuse. Robert Long, Religious Education in Schools (England), House of Commons Library Briefing Paper 07167 (7 juillet 2016); Alex Strangwayes-Booth, “Schools break law on religious education, research suggests”, BBC News (en ligne), 17 septembre 2017<http://www.bbc.co.uk/news/education-41282330>

[4] Rose Gamble, The Tablet, 5 juin 2017 < http://www.thetablet.co.uk/news/7227/terrorist-attacks-are-to-do-with-religion-says-welby-urging-faith-leaders-to-take-responsibility>
; Ian Burrell, Independent, 18 mars 2016 < https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/bbc-head-of-religion-warns-of-chronic-lack-of-religious-literacy-in-the-uk-a6940041.html>

[5] Global Restrictions on Religion Rise Modestly in 2015, Reversing Downward Trend, Pew Research Centre, 2017 (couvrant la situation en 2015).

[6] Aoife O’Neill, Hate Crime, England and Wales, 2016/17, Home Office Statistical Bulletin 17/17 (17 octobre 2017), pp. 1, 6.

[7] CST Annual Review 2016, p. 9 <https://cst.org.uk/data/file/d/f/CST_Annual_Review_2016.1486995234.pdf>; CST Annual Review 2017, p. 17 <https://cst.org.uk/public/data/file/a/b/IR17.pdf>

[8] CST Annual Review 2017, pp..4, 5, 20, 38 <https://cst.org.uk/public/data/file/a/b/IR17.pdf>

[9] Independent (online),  3 avril 2017 <http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/jewish-students-uk-british-universities-anti-semitism-israel-bds-national-union-students-nus-malia-a7665111.html>; The experience of Jewish students in 2016-17 (London: NUS), p. 8 < https://www.nusconnect.org.uk/resources/The-experience-of-Jewish-students-in-2016-17>

[10] “The latest data was obtained through Freedom of Information requests made to 45 UK police forces.” Rachel Roberts “Hate crime targeting UK mosques more than doubled in past year, figures show” Independent Sunday 8 octobre 2017 http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/hate-crime-muslims-mosques-islamist-extremism-terrorism-terror-attacks-a7989746.html

[11] Vikram Dodd and Sarah Marsh, Guardian Wed 7 juin 2017 https://www.theguardian.com/uk-news/2017/jun/07/anti-muslim-hate-crimes-increase-fivefold-since-london-bridge-attacks

[12] Vikram Dodd and Kevin Rawlinson, “Finsbury Park attack: man ‘brainwashed by anti-Muslim propaganda’ convicted”, Guardian, 1er février 2018 < https://www.theguardian.com/uk-news/2018/feb/01/finsbury-park-van-attacker-darren-osborne-found-guilty-murder-makram-ali>; Colette Hume, “Darren Osborne: ‘Complex emotions’ after mosque attack” BBC News (online), 16 février 2018 <http://www.bbc.co.uk/news/uk-wales-43074664>

[13] Hanna Yusuf, “Mother who was run over twice by attacker: ‘I thought I had died’”, BBC News (online), 27 mars 2018 < https://www.bbc.co.uk/news/uk-43544115>; Kevin Rawlison, “Man jailed for life after running over Muslim woman in Leicester”, Guardian, 27 mars 2018< https://www.theguardian.com/uk-news/2018/mar/27/man-jailed-life-running-over-muslim-woman-leicester-paul-moore-zaynab-hussein>; Lizzie Dearden, “Man who tried to kill Muslim woman and 12-year-old girl in ‘revenge’ for terror attacks jailed for life”, Independent, 27 mars 2018 <https://www.independent.co.uk/news/uk/crime/leicester-muslim-attempt-murder-revenge-terror-attack-jailed-paul-moore-sentence-prison-a8275976.html> (pages consultées le 11 juillet 2018).

[14] Suite à un entretien avec Cathy Newman sur Channel 4 News lors duquel M. Farron a refusé de répondre à la question de savoir si les relations homosexuelles étaient un péché, en disant qu’il ne voulait pas « perdre son temps à parler de théologie », la question lui a été maintes fois posée lors d’interviews et même au Parlement. Pour tenter de mettre fin au scandale, M Farron a déclaré à la correspondante politique de la BBC Eleanor Garnier qu’il ne pensait pas que les relations homosexuelles soient un péché. Cependant, s’exprimant sur la radio Premier Christian Radio en janvier 2018, il a semblé rétracter sa déclaration : « le résultat est, bien sûr, que j’ai ressenti des pressions, et il y a des choses – dont cela – que j’ai dites et que je regrette ». À la suite de ses remarques, des politiciens libéraux démocrates et des militants ont demandé que M Farron soit renvoyé de son poste de ministre du cabinet fantôme. Voir Benjamin Butterworth, “Is gay sex a sin? Liberal Democrat leader Tim Farron loses thousands of votes” Pink News, 9 juin 2017 <http://www.pinknews.co.uk/2017/06/09/is-gay-sex-a-sin-liberal-democrat-leader-tim-farron-loses-thousands-of-votes/>; “Tim Farron: I don’t think gay sex is a sin” BBC News (online)

25 avril 2017 <http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-39703444>; Alex Williams  “Tim Farron: I was foolish to say gay sex isn’t a sin” 10 janvier 2018 <https://www.premier.org.uk/News/UK/VIDEO-EXCLUSIVE-Tim-Farron-I-was-foolish-to-say-gay-sex-isn-t-a-sin> ;  Benjamin Butterworth, “Gay sex row: Tim Farron ‘will be dealt with’ as Lib Dem activists call for him to be fired” Pink News, 11th January 2018 <http://www.pinknews.co.uk/2018/01/11/gay-sex-row-tim-farron-to-be-dealt-with-as-lib-dems-activists-call-for-him-to-be-fired/> (pages consultées le 12 janvier 2018).

[15] “Rev’d Barry Trayhorn ‘forced to resign’ as prison worker – for quoting the Bible in chapel” Archbishop Cranmer (blog), 2 novembre 2015 <http://archbishopcranmer.com/revd-barry-trayhorn-forced-to-resign-as-prison-worker-for-quoting-the-bible-in-chapel/>; “Christian prison worker ‘forced to resign’ after quoting Bible in chapel service” Christian Concern, 2 novembre 2015 <http://www.christianconcern.com/our-concerns/freedom-of-speech/christian-prison-worker-forced-to-resign-after-quoting-bible-in-chape> ; Jonathan Petrie, “Christian minister disciplined by prison authorities for quoting verses from the Bible deemed to be homophobic” Mail on Sunday, 31 octobre 2015 <http://www.dailymail.co.uk/news/article-3298454/A-Christian-minister-disciplined-prison-authorities-quoting-verses-Bible-deemed-homophobic.html#ixzz3r0CuDYri> ; “Homophobia row preacher ‘forced’ to quit HMP Littlehey” BBC News (online), 3 novembre 2015 <http://www.bbc.co.uk/news/uk-england-cambridgeshire-34697664> (pages consultées le 8 janvier 2018).

[16] Andrea Williams, “A judicial warning shot that should put the fear of God into us”, Christian Concern, 10 août 2017 <http://www.christianconcern.com/our-concerns/freedom-of-speech/a-judicial-warning-shot-that-should-put-the-fear-of-god-into-us-andre> (page consultée le 8 janvier 2018).

[17] “Court rules student can be expelled for quoting Bible on Facebook” Christian Concern, 27 octobre 2107 < http://www.christianconcern.com/our-issues/education/court-rules-student-can-be-expelled-for-quoting-bible-on-facebook> ; “Christian thrown out of university over anti-gay remarks loses appeal” Guardian 27 octobre 2017; Matt Reeder “Yorskhire university defends christian’s course exclusion in homosexuality comments row” Yorkshire Post, 4 octobre 2017  https://www.yorkshirepost.co.uk/news/education/yorkshire-university-defends-christian-s-course-exclusion-in-homosexuality-comments-row-1-8786501> (pages consultées le 8 janvier 2018).

[18] “Employment Tribunal allows censorship of Christian beliefs” Christian Concern, 24 octobre, 2017 <http://www.christianconcern.com/our-issues/employment/employment-tribunal-allows-censorship-of-christian-beliefs> ; “Richard Page, from Headcorn, loses case after being sacked over gay adoption row” KentOnline. 22 octobre 2017 <http://www.kentonline.co.uk/maidstone/news/former-nhs-director-loses-gay-adoption-row-134089/> (pages consultées le 8 janvier 2018); “Magistrate sacked for opposing same-sex adoption is suspended by NHS” Guardian, 26 mars 2016 < https://www.theguardian.com/society/2016/mar/27/magistrate-sacked-for-opposing-same-sex-adoption-is-suspended-by-nhs> (page consultée le 13 février 2018).

[19] “Magistrate disciplined for not hearing same-sex parenting case” Christian Concern, 3 février 2017 <http://www.christianconcern.com/our-concerns/adoption/magistrate-disciplined-for-not-hearing-same-sex-parenting-case> (page consultée le 12 janvier 2 018).

[20] “Christian couple blocked from adopting children because of their belief that children need mum and dad” Christian Concern, 9 novembre 2016 <http://www.christianconcern.com/our-concerns/adoption/foster-parents-prevented-from-adoption-because-they-believe-a-child-should-hav> (page consultée le 12 janvier 2018).

Une enquête auprès de 12 000 chrétiens a révélé que 50 pourcents avaient déclaré avoir subi des préjugés en raison de leurs croyances, et que 93 pourcents pensaient que le christianisme était marginalisé au Royaume-Uni. State of the Faith survey, Premier Christian Media 2017 <https://www.ordinarychristian.org.uk> (page consultée le 12 janvier 2018).

[21] John Boothman, “Catholics in Scotland are the biggest target of hate crime”, The Sunday Times, 18 mars 2018.

[22] Nick Hallet, “BBC Scotland video says Holy Communion ‘smells like hate’”, Catholic Herald, 13 avril 2018 http://catholicherald.co.uk/news/2018/04/13/bbc-scotland-video-says-holy-communion-smells-like-hate/ (page consultée le 24 avril 2018)

[23] Office for Standards in Education, Children’s Services and Skills. Ofsted est le Bureau des normes pour l’éducation, les services à l’enfance et les compétences.

[24] Jewish Chronicle, 8 décembre 2017< https://www.thejc.com/education/education-news/jewish-independent-schools-fare-worst-in-ofsted-report-1.449894> (page consultée le 18 avril 207).

[25] Jewish Chronicle, 26 juin 2017; Independent (online), 26 juin 2017 <http://www.independent.co.uk/news/education/education-news/private-jewish-school-lgbt-issues-fail-ofsted-inspection-vishnitz-girls-london-orthodox-sex-british-a7809221.html> (page consultée le 18 avril 207).

[26] OFSTED additional inspection, Vishnitz Girls School, 13 octobre, 2016 <https://reports.ofsted.gov.uk/inspection-reports/find-inspection-report/provider/ELS/138516> (page consultée le 18 avril 207).

[27] Jewish Chronicle, 27 février 2017 <https://www.thejc.com/education/education-news/hendon-girls-school-receives-lowest-ofsted-rating-1.433474> (page consultée le 18 avril 207).

[28] OFSTED inspection, Beth Jacob Grammar School for Girls, 2 novembre 2016, Italics mine <https://reports.ofsted.gov.uk/inspection-reports/find-inspection-report/provider/ELS/101388> (page consultée le 18 avril 207).

[29] “Pupils demonstrate a general lack of awareness of the way other people choose to live their lives, including those with protected characteristics.” OFSTED  inspection, Beis Aharon School, 2 mars 2017, p. 3  <https://reports.ofsted.gov.uk/inspection-reports/find-inspection-report/provider/ELS/101388> (page consultée le 18 avril 207).

[30] Pink News, 9 mai, 2106 <http://www.pinknews.co.uk/2016/05/09/jewish-school-banned-from-taking-new-students-until-it-teaches-about-lgbt-issues/> (page consultée le 18 avril 207).

[31] Amanda Spielman, The Annual Report of Her Majesty’s Chief Inspector of Education, Children’s Services and Skills 2016/17, London: OFSTED, p. 8.

[32] Jewish Chronicle, 28 décembre 2017 <https://www.thejc.com/comment/comment/it-is-time-to-stop-this-assault-on-our-jewish-schools-1.451005> (page consultée le 18 avril 207).

[33] Ceux-ci étaient: la démocratie, l’état de droit, la liberté individuelle, et le respect mutuel et la tolérance envers ceux qui ont des croyances et des confessions différentes.

[34] “Guidance on promoting British values in schools”, 27 novembre 2014 <https://www.gov.uk/government/news/guidance-on-promoting-british-values-in-schools-published> See also Promoting fundamental British values as part of SMSC in schools Departmental advice for maintained schools London: Department of Education November 2014 <https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/380595/SMSC_Guidance_Maintained_Schools.pdf> (pages consultées le 18 avril 207).

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.