Religion

107.000Population

747 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightTonga

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

Selon la Constitution, chacun est « libre de pratiquer sa religion et d’adorer Dieu comme il l’estime juste, selon les préceptes de sa conscience religieuse, et de se réunir pour des offices religieux dans les lieux prévus à cet effet »[1]. La Constitution précise toutefois qu’il est illégal d’utiliser cette liberté « pour commettre des actes maléfiques et licencieux ou, sous le nom de culte, faire ce qui est contraire à la loi et à la paix du pays ». La Constitution dispose que « le sabbat devra être sanctifié aux Tonga » et qu’aucune transaction commerciale n’est permise ce jour-là, sauf celles autorisées par la loi. Les accords juridiques conclus le jour du sabbat sont nuls en droit.

Le pays est majoritairement chrétien. Les Églises les plus importantes sont l’Église Wesleyenne libre (37,3 %), l’Église de Jésus Christ des Saints des derniers jours (Mormons) (16,8 %), l’Église libre des Tonga (11,4 %), et l’Église catholique romaine (15,6 %)[2]. Il existe un certain nombre de plus petites communautés chrétiennes, dont l’Église des Tonga (7,2 %), l’Église chrétienne Tokaikolo (2,6 %), l’Assemblée de Dieu (2,3 %), et les adventistes du septième jour (2,2 %). On dénombre aussi des membres d’autres religions, dont des musulmans, des hindous et des bahaïs.

Il n’est pas nécessaire que les groupes religieux s’inscrivent auprès de l’État. Toutefois, l’enregistrement est indispensable pour pouvoir célébrer des mariages ayant valeur légale, et pour obtenir d’autres avantages, tels que des exemptions d’impôts.

Les communautés religieuses sont autorisées à tenir des centres d’éducation et à proposer une instruction religieuse d’une heure par semaine [3]. Les doivent assister aux cours de leur religion mais ne sont pas tenus de participer aux cours portant sur une autre religion.

Les dispositions constitutionnelles relatives à la liberté religieuse sont généralement respectées par les autorités. Les missionnaires sont autorisés à entrer dans le pays et à y faire du prosélytisme. Toutefois, en mai 2016, l’imam Ilyas, un chef religieux musulman, a déclaré craindre que le gouvernement n’ait pas approuvé la demande d’enregistrement de la communauté musulmane [4].

La Commission publique de diffusion de Tonga (TBC) a émis des lignes directrices exigeant que les sermons prêchés sur Tonga TV et radio Tonga reflètent le christianisme dominant. Il n’a pas été signalé de rejet d’une demande de diffusion par la TBC.

Incidents

Le 3 juillet 2016, des mesures ont été prises pour empêcher les boulangeries d’ouvrir un dimanche, afin de se conformer aux dispositions constitutionnelles concernant le sabbat [5]. L’application de ces dispositions avait été assouplie dans les années 1980 à la suite d’un cyclone, et n’avaient plus cours depuis lors. Certains Tongiens ont publiquement exprimé leur désaccord avec l’application de la Constitution, même si leurs objections semblent découler de considérations commerciales plutôt que de principe religieux [6]. Les hôtels et les restaurants fonctionnent toujours le dimanche pour servir les touristes. Aux Tonga, les adventistes du Septième Jour observent le sabbat le dimanche, même si ailleurs ils l’observent du vendredi soir au samedi soir. Rien n’indique qu’ils estiment que cet ajustement viole leur liberté religieuse. La raison en est que, bien que ces îles se situent géographiquement dans l’hémisphère occidental, leur heure officielle est celle de l’est, donc quand c’est encore samedi dans le premier, c’est déjà dimanche pour l’hémisphère oriental [7].

En février 2017, un adolescent tongien converti à l’islam a été inculpé dans un tribunal australien pour la planification d’une attaque terroriste [8].

Perspectives pour la liberté religieuse

La liberté religieuse est généralement assurée par l’État. Rien n’indique que la situation actuelle change dans un proche avenir.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Tonga’s Constitution of 1875 with Amendments through 1988, constituteproject.org, https://www.constituteproject.org/constitution/Tonga_1988.pdf?lang=en

[2] ‘Tonga’, The World Factbook, Central Intelligence Agency, https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/tn.html

[3] Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, ‘Tonga’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. Department of State, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper

[4] ‘Muslim Leader in Tonga Concerned over Delays in Registration Application’, Loop, 9 mai 2016.

[5] ‘Tongan Bakeries Fight Sunday Trading Ban’, Premier, 7 juillet 2016, https://www.premier.org.uk/News/UK/Tongan-bakeries-fight-Sunday-trading-ban

[6] ‘Tonga Bakers Protest Against Sunday Sales Ban’, BBC, 5 juillet 2016, http://www.bbc.co.uk/news/blogs-news-from-elsewhere-36703496

[7] G. Burnside, ‘Why Seventh Day Adventists Keep Sunday in Tonga’, Ministry Magazine, janvier 1966, https://www.ministrymagazine.org/archive/1966/01/why-seventh-day-adventists-keep-sunday-in-tonga

[8] Alo-Bridget Namoa faces life in prison, 13 février 2017, Matangi Tonga Online, http://matangitonga.to/2017/02/13/alo-bridget-namoa-faces-life-prison

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.