Religion

7.497.000Population

56.785 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightTogo

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La Constitution de la République du Togo assure à chacun l’égalité devant la loi, indépendamment de sa religion.[1] Elle consacre la liberté de religion, et ce principe est en général respecté par les autorités. Elle interdit également la formation de partis politiques sur une identité religieuse spécifique.[2]

Comme dans beaucoup d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, le nord du pays est majoritairement musulman tandis que le sud est majoritairement chrétien. Le catholicisme, l’islam et le protestantisme sont des religions « officielles ». Les autres confessions doivent se faire enregistrer auprès des autorités.[3] L’enregistrement est obligatoire pour toutes les communautés religieuses si elles veulent bénéficier des mêmes avantages que les confessions « officielles », tels que les importations en franchise de droits.[4] Pour s’inscrire, une association religieuse doit soumettre ses statuts, ainsi qu’une explication de sa doctrine, les noms et adresses de ses chefs spirituels, les qualifications religieuses et générales de son clergé, une carte avec l’emplacement de ses lieux de culte, et un aperçu de la situation financière de la communauté. L’enregistrement reste provisoire jusqu’à ce que les autorités se soient assuré que le groupe respecte les normes éthiques et l’ordre public. Ce processus peut prendre plusieurs années.[5]

Les célébrations publiques qui pourraient causer une perturbation ou constituer une nuisance – par exemple des festivités bruyantes la nuit – nécessitent une autorisation spéciale de la Direction des affaires religieuses.[6] L’instruction religieuse formelle n’est pas proposée dans les écoles publiques. Cependant, il existe de nombreuses écoles catholiques, protestantes et musulmanes auxquelles le gouvernement fournit du personnel d’enseignement supplémentaire.[7]

Incidents

Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (2016-2018), aucun changement institutionnel n’a affecté la liberté religieuse, et aucun incident important restreignant la liberté religieuse n’a été signalé. Les relations entre le gouvernement et les groupes religieux sont généralement bonnes. Ainsi, le 28 janvier 2016, le pape François a accueilli le président de la République, Faure Essozimina Gnassingbé, et a discuté avec lui des relations entre le Saint-Siège et le Togo.[8] Les thèmes abordés comprenaient la contribution de l’Église catholique au développement du pays, en particulier dans le domaine de l’éducation.

Perspectives pour la liberté religieuse

Le Togo est l’un des 34 pays ayant adhéré à une coalition mise sur pied par l’Arabie saoudite pour lutter contre le terrorisme islamiste. L’impact que cela aura en pratique reste à voir.[9] Cependant, de nombreux analystes considèrent le fait que le Togo soit l’un des quatre pays de cette coalition à avoir une population à majorité non musulmane comme un signe du sérieux avec lequel la menace du terrorisme djihadiste est désormais prise en compte en Afrique de l’Ouest.[10]

En même temps, le Président, qui en est maintenant à son troisième mandat, est soumis à une pression croissante. L’opposition politique parle d’un État strictement autoritaire,[11] et selon un rapport publié dans le journal suisse Neue Zürcher Zeitung le 23 septembre 2017, des centaines de milliers de Togolais ont manifesté pendant une semaine contre le Président, réclamant sa démission.[12] Cependant, il est probable que les relations entre les religions au Togo resteront pacifiques et ne souffriront pas d’un éventuel changement de gouvernement. La condition est toutefois que les communautés religieuses ne soient pas exploitées politiquement d’un côté ou de l’autre.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Constitution du Togo de 1992, amendée en 2007 : https://www.ilo.org/dyn/natlex/docs/ELECTRONIC/38025/110367/F-1481961433/TGO-38025%20(VERSION%20CONSOLIDEE).pdf

[2] Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, ‘Togo’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. State Department, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper

[3] Ibid.

[4] Ibid.

[5] Ibid.

[6] Ibid.

[7] Ibid.

[8] ‘President of Togo Visits Pope’, Zenit, 28 janvier 2016, https://zenit.org/articles/president-of-togo-visits-pope/

[9] ‘“Islamic State” seeks new foothold in Africa’, Deutsche Welle, 2 janvier 2018, http://www.dw.com/en/islamic-state-seeks-new-foothold-in-africa/a-41977922

[10] Dietrich Alexander, ‘Wenn der Saudi mit dem Somalier paktiert’, Welt, 15 décembre 2015, http://www.welt.de/politik/ausland/article150009806/Wenn-der-Saudi-mit-dem-Somalier-paktiert.html

[11] ‘Munzinger Länder: country name’, Munzinger Archiv 2018, https://www.munzinger.de/search/start.jsp

[12] Ibid.

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.