Religion

114.000Population

726 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightKiribati

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

Conformément à la Constitution, nul ne sera privé de la jouissance de la liberté religieuse. Les groupes religieux ont le droit « tant en public qu’en privé, de manifester et de propager [leur] religion ou conviction par le culte, l’enseignement, la pratique et l’observance des rites ». [1] La liberté religieuse peut être légalement limitée si cela est « raisonnablement nécessaire dans le intérêt de la défense nationale, de la sécurité publique, de l’ordre public, de la moralité ou de la santé publiques », à condition que cette limitation soit « raisonnablement justifiable dans une société démocratique ». [2]

Chaque communauté religieuse a le droit d’instituer et d’entretenir des établissements d’enseignement et de gérer tout établissement d’enseignement qu’elle entretient entièrement. Les parents peuvent soustraire leurs enfants à l’instruction religieuse, car elle n’est pas obligatoire dans les écoles.

Il existe un système d’enregistrement pour les communautés religieuses dont les membres représentent au moins 2 % de la population. Une demande en ce sens doit être présentée au Ministère de la Femme, de la Jeunesse et des Affaires sociales, accompagnée du nombre de membres de la communauté. Toutefois, en pratique, les organisations qui ne parviennent pas à se faire enregistrer ne sont pas pénalisées.

Beaucoup de citoyens des îles du nord se sont convertis au christianisme sous l’influence des missionnaires britanniques et américains qui s’y sont rendus à la fin du XIX e siècle. Avec l’arrivée des Européens, le christianisme s’est enraciné et fait maintenant partie intégrante de la culture des îles Kiribati. En 2015, le recensement a montré qu’un peu plus 57 % de la population était catholique, [3] dont une majorité vivant dans les îles du nord. L’Église protestante des Kiribati est prédominante dans les îles du sud. Il existe aussi un petit nombre de mormons, d’adventistes du Septième Jour et de Témoins de Jéhovah, ainsi que des musulmans et des adeptes de la foi bahaïe.

Le préambule de la Constitution reconnaît Dieu comme « Père tout-puissant, en qui nous mettons notre confiance [4] », et la plupart des cérémonies officielles commencent par une prière chrétienne. Les écoles publiques du pays permettent à différentes communautés religieuses, dont les catholiques, les
méthodistes et les mormons, de dispenser un enseignement religieux. Les élèves peuvent choisir de refuser l’instruction religieuse. Le gouvernement administre les subventions accordées aux organisations religieuses enregistrées.

Tout porte à croire que le gouvernement n’interfère pas avec le droit constitutionnel à la liberté de religion.

Incidents

Peu d’incidents importants ont été signalés depuis 2016. Le gouvernement confirme son attachement à la liberté religieuse si bien qu’il est rare que soient relatées des tensions sociales ayant un fondement religieux. Les habitants de deux îles (Arorae et Tamana) appliquent une politique d’« une Église seulement ». [5] Les résidents qui ne sont pas protestants pratiquent leur culte à la maison et sont découragés par les villageois de faire du prosélytisme ou de tenir des rassemblements. Cette tradition n’a donné lieu à aucune plainte. L’Église protestante de Kiribati collabore avec l’Église catholique dans la mission auprès des marins. [6]

Perspectives pour la liberté religieuse

Rien n’indique que la situation de la liberté religieuse à Kiribati change dans un proche avenir.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Kiribati  Constitution of 1979 with Amendments through 2013, constituteproject.org,
https://www.constituteproject.org/constitution/Kiribati_2013.pdf?lang=en

[2] Ibid.

[3] National Statistics Office, 2015 Population and Housing Census, Ministry of Finance, 1 septembre 2016, http://www.mfed.gov.ki/statistics/documents/2015_Population_Census_Report_Volume_1final_211016.pdf

[4] Kiribati Constitution…, op. cit.

[5] Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, ‘Kiribati’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. Department of State,
https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/2015/eap/256111.htm

[6] ‘Kiribati’, World Council of Churches, https://www.oikoumene.org/en/member-churches/kiribati-protestant-
church

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.