Religion

2.069.000Population

20.273 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightSlovénie

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

Après s’être séparée de la République fédérative socialiste de Yougoslavie, la Slovénie nouvellement indépendante a adopté une Constitution en 1991 qui consacre la liberté de religion et la séparation de l’Église et de l’État.[1]

En 2007, le Parlement slovène a adopté la loi sur la liberté religieuse.[2]L’article 4 de cette loi proclame la neutralité de l’État en matière religieuse. L’article 5 définit les Églises et les communautés religieuses comme des « organisations d’intérêt général », et l’article 29 que l’État peut apporter un soutien matériel aux communautés religieuses en raison de « l’avantage général » qu’elles fournissent. L’article 13 indique que pour être enregistrée, une communauté confessionnelle doit avoir opéré en Slovénie pendant au moins 10 ans et doit compter au moins 100 membres adultes.

Selon le Bureau des communautés confessionnelles, 43 d’entre elles sont enregistrées en Slovénie.[3] Il s’agit notamment de l’Église catholique romaine, de plusieurs Églises protestantes, de l’Église orthodoxe, et de divers groupes de musulmans, de bahaïs, de bouddhistes et d’hindous. Les Témoins de Jéhovah et la Scientologie sont également enregistrés. Plus des trois quarts des confessions religieuses enregistrées peuvent être considérées comme de nouveaux mouvements religieux, tandis que les autres ne sont toujours pas enregistrées en tant que confessions religieuses, mais en tant qu’associations. Les nouveaux mouvements religieux et spirituels en Slovénie seraient de 70 à une centaine.[4]

L’Église catholique romaine est la plus grande organisation religieuse. Elle représente environ les trois quarts des citoyens slovènes. Le pays est divisé en six diocèses, dont les deux archidiocèses de Ljubljana et de Maribor. La Conférence épiscopale slovène a été fondée en 1993. La Slovénie a signé en 2001 un accord avec le Saint-Siège réglementant des questions spécifiques entre l’État et l’Église catholique.[5] Actuellement, il existe 785 paroisses en Slovénie, dirigées par quelque 1050 prêtres et 11 évêques.[6] L’Église possède plus de 2900 églises et chapelles. Environ 80% des bâtiments patrimoniaux du pays appartiennent à l’Église catholique. En 2011, les autorités avaient réglé 99% des 1191 demandes de restitutions des biens de l’Église catholique, nationalisés après la Seconde Guerre mondiale.[7]

Le nombre de catholiques en Slovénie est en déclin, selon le rapport de 2015 de l’Église catholique slovène. Ce dernier indique également une baisse du nombre de prêtres et de mariages célébrés à l’église dans le pays.[8]

Parmi les autres communautés religieuses, les deux plus grandes sont la communauté orthodoxe (2%) et la communauté musulmane (2%). Les orthodoxes sont principalement des serbes. Les musulmans sont en grande partie des Bosniaques et des Albanais du Kosovo.[9]

En 2017, le pays à majorité catholique a célébré le 500ème anniversaire de la réforme protestante,  car Primož Trubar, un pasteur protestant, avait rédigé les premiers livres en langue slovène. Cette date est officiellement considérée comme la naissance de la littérature vernaculaire en Slovénie.[10]

Incidents

En mars 2016, des inconnus ont vandalisé la cathédrale Saint-Nicolas dans la capitale Ljubljana avec des graffitis. Les mots « Église, sors de mon utérus » ont été peints sur le mur d’une église.[11]

Le 15 juin 2016, l’église catholique Saint Daniel à Celje, la résidence de l’évêque et une colonne historique sur laquelle se dresse une statue de la Bienheureuse Vierge Marie ont été saccagées. La police locale a enquêté sur le crime.[12]

À deux occasions distinctes en 2016, des têtes de porcs ont été déposées sur le site d’une mosquée en construction à Ljubljana.[13]

Le 3 janvier 2017, des vandales ont profané la chapelle catholique située sur le mont Šmarna Gora (Sainte-Marie), une colline surplombant Ljubljana. Ils ont défiguré le bâtiment avec des graffitis en arabe. Ce vandalisme a été fortement condamné par l’Église catholique, aussi bien que par la Communauté islamique de Slovénie.[14]

Perspectives pour la liberté religieuse

Au cours de la dernière décennie, les Slovènes ont eu tendance à suivre les tendances religieuses présentes dans les pays d’Europe occidentale. Bien que le catholicisme reste la religion dominante, la présence à la messe et les vocations religieuses sont en déclin. La société slovène qui est devenue de plus en plus laïque banalise le divorce, l’avortement, l’euthanasie, et l’égalité des sexes.

La religiosité chez les jeunes a sensiblement diminué ces dernières années, pour autant, la proportion de jeunes slovènes adultes qui s’identifient comme catholiques reste assez élevée par rapport à celles des autres pays de l’UE. Les recherches indiquent que seulement 13 % d’entre eux n’assistent jamais à la messe dominicale.[15]

Les violations de la liberté religieuse constituent rarement un problème en Slovénie. L’érosion de la pensée traditionnelle chez les Slovènes contemporains peut représenter la plus grande menace à la vitalité de la religion dans ce pays.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Slovenia’s Constitution of 1991 with Amendments through 2013, constituteproject.org, https://www.constituteproject.org/constitution/Slovenia_2013.pdf?lang=en

[2] The Religious Freedom Act (2007), Uradni List (Official Gazette) RS, n. 14/07, www.legislationonline.org

[3] Government Communication Office, ‘Religious communities in Slovenia’, Republic of Slovenia, http://www.ukom.gov.si/en/media_room/major_events/visit_of_pope_john_paul_ii_to_the_republic_of_slovenia/religious_communities_in_slovenia/

[4] Aleš Črnič and Gregor Lesjak, ‘A systematic Study of New Religious Movements – The Slovenian Case’, in Religions, Churches, and Religiosity in Post-Communist Europe, Irena Borowik (ed), Krakow: Zakład Wydawniczy NOMOS, 2006, pp. 142-157.

[5] L’Assemblée nationale slovène a ratifié l’accord avec le Saint-Siège le 28 janvier 2004. Voir Act ratifying the agreement between the Republic of Slovenia and the Holy See on legal issues (2004), Uradni List (Official Gazette) RS, n. 13/2004, www.legislationonline.org,

[6] ‘Number of Slovenian Catholics decreasing’, The Slovene Times, 6 janvier 2016, http://www.sloveniatimes.com/number-of-slovenian-catholics-decreasing

[7] Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, ‘Slovenia’, International Religious Freedom Report for 2012, U.S. State Department, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/2012religiousfreedom/index.htm#wrapper

[8] ‘Number of Slovenian Catholics decreasing’, op. cit.

[9] Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, ‘Slovenia’, International Religious Freedom Report for 2016, U.S. State Department, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper

[10] ‘Slovenia celebrating 500th anniversary of Reformation’, The Slovenia Times, 31 octobre 2017, http://www.sloveniatimes.com/slovenia-celebrating-500th-anniversary-of-reformation

[11] ‘Tudi islamska skupnost je obsodila grafite na fasadi ljubljanske stolnice (Slovenia’s Islamic community condemn graffiti on Ljubljana St Nicolas Cathedral), Dnevnik, 12 mars 2016, https://www.dnevnik.si/1042731709/lokalno/ljubljana/tudi-islamska-skupnost-je-obsodila-grafite-na-fasadi-ljubljanske-stolnice

[12] ‘Fasado celjske stolnice popisali z žaljivimi graffiti (Offensive graffiti on Celje cathedral façade)’, Delo, 16 juin 2016, http://www.delo.si/novice/kronika/celjsko-stolnico-popisali-z-zaljivimi-grafiti.html

[13] ‘Chapel above Ljubljana defaced with Islamic graffiti’, The Slovenia Times, 3 janvier 2017, http://www.sloveniatimes.com/chapel-above-ljubljana-defaced-with-islamic-graffiti

[14] Andraž Rožman, ‘Neznanci z napisi, ki pozivajo k verski nestrpnosti, oskrunili kapelico na Šmarni gori (Persons unknown desecrate chapel on Šmarna gora/Mount St Mary with offensive graffiti’, Dnevnik, 4 janvier 2017, https://www.dnevnik.si/1042758508/lokalno/ljubljana/neznanci-z-napisi-ki-pozivajo-k-verski-nestrpnosti-oskrunili-kapelico-na-smarni-gori

[15] Stephen Bullivant, ‘The scary truth about young Europeans and the Church’, Catholic Herald, 22 mars 2018, http://www.catholicherald.co.uk/issues/march-23rd-2018/the-scary-truth-about-young-europeans-and-the-church/

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.