Religion

4.714.000Population

69.797 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightIrlande

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

La protection de la liberté religieuse en République d’Irlande est légalement garantie au niveau national, par la Constitution irlandaise, et à un niveau supranational, en vertu de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. [2] L’article 44.2 de la Constitution irlandaise protège la liberté de conscience et la liberté de professer et de pratiquer sa religion.

L’État garantit également de ne discriminer aucune religion et d’adhérer à une religion. Toutes les religions ont le droit d’acheter et de tenir des établissements d’enseignement et de bienfaisance, et de gérer leurs propres entreprises et propriétés sans l’ingérence de l’État. La liberté individuelle de se convertir, de faire du prosélytisme et d’instruire autrui (y compris ses propres enfants) dans la religion de son choix est légalement reconnue en Irlande. [3] D’une manière générale, la protection par l’État de la liberté du culte et de la liberté d’expression demeure relativement forte par rapport aux normes internationales.

A l’automne 2018, le pays tiendra un référendum sur l’abrogation de l’article 40.6.1 de la Constitution irlandaise qui régit la législation irlandaise sur le blasphème, le définissant comme « des propos qui sont extrêmement injurieux ou insultants à propos de sujets considérés comme sacrés par une quelconque religion, provoquant de la sorte de l’indignation parmi un nombre substantiel d’adhérents de cette religion ». [4]

Aperçu de la liberté religieuse en Irlande

Il est difficile de donner des estimations chiffrées fiables sur la discrimination religieuse en Irlande car les statistiques de la Garda [police] sont peu fiables [5] , indignes de confiance et, dans certains cas, scandaleuses. [6] Cependant, il existe des preuves irréfutables de l’omniprésence de préjugés anti- catholiques profonds dans les médias et l’establishment politique. [7] Cela a été particulièrement évident dans le traitement des demandes faites par les conseils d’administration et patrons des hôpitaux catholiques – à la suite de l’abrogation par le peuple irlandais du 8 e amendement [8] (qui conférait une protection constitutionnelle et juridique à l’enfant à naître). Le Premier ministre, Leo Varadkar, a déclaré qu’en ce qui concerne le respect des croyances et de l’enseignement catholiques dans les institutions catholiques qui reçoivent un financement public :

il ne sera cependant pas possible pour les hôpitaux financés par l’État, quel que soit leur patron ou propriétaire, de refuser de fournir ces services nécessaires (l’avortement pour une raison quelconque jusqu’à 12 semaines de gestation), qui seront légaux dans le pays, une fois que cette législation aura été adoptée par le Dáil [assemblée] et le Seanad [Sénat]… Je suis heureux de vous [Parlement] donner l’assurance que cette loi permettra aux individus de se désister pour raison de conscience ou de convictions religieuses, mais ne permettra pas aux institutions de le faire. [9]

Si l’État assure l’enseignement primaire gratuit, les écoles primaires d’Irlande sont dans leur majorité gérées par des institutions chrétiennes (96 %), l’Église catholique en possédant ou en gérant près de 90 %. [10] Cette situation est de plus en plus source d’opposition politique et de protestation sociale. [11] Les écoles confessionnelles sont autorisées à remplir leur rôle (éduquer les enfants de leur communauté confessionnelle), en admettant les enfants de leur propre confession prioritairement aux autres enfants en cas d’excès de demandes, mais ce droit est soumis à une forte pression, notamment du Comité des droits de l’enfant de l’ONU. [12] En outre, le droit des organisations religieuses, y compris des écoles confessionnelles, d’embaucher du personnel qui respecte et soutienne l’éthique de son employeur a été limité par un amendement à l’article 37 de la loi sur l’égalité des travailleurs. [13]

En juillet 2018 [14] , un projet de loi sur l’éducation a été adopté au Parlement irlandais, annulant la « barrière baptismale » initialement mise en place pour s’assurer que seules les personnes professant l’éthique religieuse d’une école pouvaient s’y inscrire. À partir de septembre 2019, la plupart des écoles primaires ne seront plus en mesure d’accorder un accès prioritaire à certains enfants sur la base de leur religion. La majorité des écoles primaires du pays – un peu plus de 90 % – sont d’éthique catholique. Le projet de loi sur les admissions à l’école interdit à ces écoles d’inscrire prioritairement les enfants baptisés, dans les cas où il y aurait trop de demandes. En revanche, les religions minoritaires seront toujours autorisées à donner la priorité aux membres de leur religion pour protéger leur éthique dans les cas d’excès de demandes. Cette exclusion, selon le ministre de l’Éducation Richard Bruton, a été introduite pour aider les enfants des confessions minoritaires à accéder à une école de leur propre religion, mais cette disposition sera réexaminée au bout de trois ans.

Incidents

Chrétiens

En octobre 2017 [15] , l’église de la Sainte Trinité, dans le Connemara, a été largement endommagée par des vandales qui ont dévasté son intérieur, brisé ses fenêtres, arraché les fils électriques des murs, et détruit sa chaire, ses bancs et son orgue.

Mgr Michael Neary, archevêque catholique de Tuam, a décrit la destruction comme « un acte de persécution contre tous les chrétiens », observant en outre que :

la Sainte Bible avait été jetée par la fenêtre, la croix utilisée comme arme pour écraser des objets, les bancs renversés et cassés. Des dommages avaient été causés à l’autel, à la chaire et à l’orgue, et les lumières arrachées. Ces dégâts ne sont pas seulement un acte criminel : il s’agit plutôt d’un acte motivé par un sentiment anti-chrétien et d’un défi à la liberté d’expression religieuse en Irlande aujourd’hui. La liberté religieuse est au cœur des droits de l’homme et n’est pas sans coût. Dans trop de pays, des lieux de culte sont détruits et des gens sont tués et persécutés pour leurs croyances religieuses.

En avril 2018, [16] Jamie O’Connor, 37 ans, a déclaré au père Tom Hogan qu’il allait lui couper la gorge dans le sous-sol de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul d’Ennis (comté de Clare). Dans sa déclaration à la police, le père Hogan a précisé : « J’avais peur pour ma propre sécurité comme jamais je n’ai eu peur pendant les 20 ans que j’ai passés à Ennis. » Cet incident, comme ceux qui avaient été évoqués dans le rapport 2014-2016 sur la liberté religieuse, est représentatif d’un nombre croissant d’incidents anti-sociaux qui se produisent à l’intérieur des églises contre les fidèles [17] , ou même des actes sacrilèges qui ont lieu dans des lieux de culte chrétiens. [18]

Musulmans

Globalement, le nombre total d’incidents anti-musulmans enregistrés en Irlande reste faible, ce qui est remarquable compte tenu du fait que l’islam est officiellement devenu la troisième religion d’Irlande depuis 2016. [19] Cependant, des incidents isolés illustrent le combat plus large pour l’intégration des immigrés musulmans. Par exemple, en août 2017, une tête de cochon a été déposée devant une mosquée à Newtownards, dans le comté de Down [20] , et en octobre 2017 à Dublin, le voile d’une écolière musulmane lui a été arraché du visage et elle a subi de graves insultes. [21]

Juifs

La population juive, bien qu’elle ne représente que 1600 personnes [22] , est historiquement bien intégrée et respectée dans la société irlandaise. Toutefois, il y a une croissante et persistante association de la gauche à des mouvements islamistes et anti-sémites en Irlande et à l’étranger. [23] Des inquiétudes ont été exprimées après l’examen d’un projet de loi par le Sénat, censé criminaliser le commerce avec Jérusalem-est, le plateau du Golan et la Cisjordanie en janvier 2018. Le projet de loi ordonne que tout citoyen irlandais reconnu coupable de s’engager dans des échanges commerciaux avec les régions d’Israël dépassant les frontières antérieures à 1967 pourrait être condamné à une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans et à une amende de 250 000 euros. [24].

Perspectives pour la liberté religieuse

Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (2016-2018), certains éléments suggèrent que la liberté religieuse en Irlande s’est légèrement détériorée, en partie à cause du rapide bouleversement culturel et moral mis en évidence par les changements constitutionnels et législatifs concernant l’avortement et le mariage homosexuel, parallèlement à une antipathie sociale, politique et médiatique
croissante envers le catholicisme. Cependant, la liberté religieuse reste relativement bonne en Irlande par rapport aux normes internationales. Le présent rapport note également que les religieux et les fidèles sont de plus en plus ciblés dans leurs lieux de culte par des gangsters et des bandes criminelles. Dans l’ensemble, concernant la façon dont l’État respecte la liberté de conscience des
écoles et hôpitaux gérés par l’Église catholique, il est probable que la liberté religieuse des chrétiens sera constamment contrôlée et contestée au cours des deux prochaines années.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Central Statistics Office,
https://www.cso.ie/en/media/csoie/releasespublications/documents/population/2017/Chapter_8_Religion.pdf

[2] Charter of Fundamental Rights of the European Union, http://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=CELEX:12012P/TXT

[3] Citizens Information, Fundamental rights under the Irish Constitution
http://www.citizensinformation.ie/en/government_in_ireland/irish_constitution_1/constitution_fundamental_rig hts.html

[4] Sarah Bardon, “Referendum on blasphemy expected to be held in October”, The Irish Times, 12 juin 201,8 https://www.irishtimes.com/news/politics/referendum-on-blasphemy-expected-to-be-held-in-october-1.3528286. En français, voir la page du Sénat « Étude de législation comparée n° 262 – janvier 2016 – La répression du blasphème » : http://www.senat.fr/lc/lc262/lc2624.html

[5] Sarah Bardon, Mark Hilliard and Hajar Akl, The Irish Times, 6 septembre 2017,
https://www.irishtimes.com/news/crime-and-law/garda%C3%AD-exaggerated-number-of-breath-tests-by-1-45-million-1.3211152

[6] Kevin Doyle, “Garda scandal brewing over homicide figures”, Irish Independent, 25 janvier 2018, https://www.independent.ie/irish-news/garda-scandal-brewing-over-homicide-figures-36528274.html

[7] Maria Steen, The Irish Times, 7 juillet 2018 https://www.irishtimes.com/opinion/maria-steen-irish-media-likes-their-catholics-served-lukewarm-1.3556598

[8] John Henley, Guardian, 26 mai 2018, https://www.theguardian.com/world/live/2018/may/26/irish-abortion-referendum-result-count-begins-live

[9] “Hospitals with Catholic ethos expected to carry our abortions – Varadkar”, Irish Examiner, 12 juin 2018, https://www.irishexaminer.com/breakingnews/ireland/hospitals-with-catholic-ethos-expected-to-carry-out-abortions-varadkar-848393.html

[10] Patsy McGarry, The Irish Times, 28 mai 2018, https://www.irishtimes.com/news/education/minister-confident-of-church-support-for-school-divestment-1.3511281

[11] Irish Examiner, 15 mai 2018, https://www.irishexaminer.com/breakingnews/views/ourview/school-patronage-the-reality-of-society-today-is-denied-842893.html

[12] UN, Committee on the Rights of the Child 43 rd Session,
http://tbinternet.ohchr.org/_layouts/treatybodyexternal/Download.aspx?symbolno=CRC%2fC%2fIRL%2fCO% 2f2&Lang=en

[13] Employment Equality Act, 1988, §37,
http://www.irishstatutebook.ie/eli/1998/act/21/section/37/enacted/en/html

[14] Marie O’Halloran, “Bill prohibiting baptism as requirement for school entry passes in Dáil”, The Irish Times, 10 juillet 2018, https://www.irishtimes.com/news/education/bill-prohibiting-baptism-as-requirement-for-school-entry-passes-in-d%C3%A1il-1.3560607

[15] Patsy McGarry, The Irish Times, 27 octobre 2017, https://www.irishtimes.com/news/social-affairs/religion-
and-beliefs/destruction-of-church-an-act-of-persecution-against-all-christians-1.3271444

[16] Gordan Deegan, Irish Examiner, 11 avril 2018, https://www.irishexaminer.com/breakingnews/ireland/man-told-terrified-priest-he-would-cut-his-throat-in-church-grounds-836865.html

[17] Barry Roche, “cork man charged over church attack on 80-year-old” , The Irish Times, 26 mars 2018, https://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/cork-man-charged-over-church-attack-on-80-year-old-1.3440958

[18] Kathy Armstrong, Irish Independent, 17 avril 2017, https://www.independent.ie/irish-news/news/priest-calls-church-robbery-devastating-as-consecrated-communion-stolen-and-altar-damaged-35628851.html

[19] Joyce Fregan, “Islam is Ireland’s third largest religion”, Irish Examiner, 7 juin 2017,https://www.irishexaminer.com/ireland/islam-is-irelands-third-largest-religion-451879.html

[20] Josh Robbins, International Business Times, 24 août 2017, https://www.ibtimes.co.uk/pigs-head-dumped-outside-mosque-northern-ireland-islamophobic-attack-1636585

[21] Andrew Phelan, Irish Independent, 2 novembre 2017, https://www.independent.ie/irish-news/courts/woman-58-pulled-veil-off-17yearolds-face-and-roared-abuse-at-her-in-attack-on-city-street-36187337.html

[22] “Vital statistics: Jewish Population of the world”, Jewish Virtual Library
https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/jewpop.html

[23] Mark Weiss, The Irish Times, 13 avril 201,8 https://www.irishtimes.com/news/ireland/irish-news/i-m-not-anti-semitic-lord-mayor-of-dublin-says-after-palestine-trip-1.3460728

[24] Orde F. Kittrie, “Irish bill to boycott Israeli settlements runs afoul of US laws”, The Hill, 29 janvier 2018,
http://thehill.com/opinion/international/371302-irish-bill-to-boycott-israeli-settlements-runs-afoul-of-us-laws; Tovah Lazaroff, “Israel summons Irish Ambassador over Settlement Criminalization Bill Vote”, Jerusalem Post, 11 juillet 2018, https://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/WATCH-Irish-senate-debates-criminalizing-Israeli-settler-trade-562223

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.