Religion

21.500Population

459 Km2Superficie

Lire le rapport
keyboard_arrow_down

homekeyboard_arrow_rightPalaos

Le cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

Située au sud-est des Philippines, la République des Palaos est un archipel de quelque 250 îles qui forment la chaîne occidentale des îles Caroline. Plus de la moitié la population du pays vit dans l’État de Koror. Autrefois intégrées aux Indes orientales espagnoles, les îles ont été incorporées au territoire sous tutelle américaine, en même temps que d’autres îles du Pacifique que les troupes des États-Unis avaient libérées des japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Le pays a accédé à sa pleine souveraineté en 1994, et a signé un accord de libre Association [1] avec les États-Unis. Les États-Unis et les Palaos entretiennent donc des liens forts dans les domaines de l’économie, de la politique et de la sécurité.

Conformément à l’article 4.1 de la Constitution, le gouvernement ne discrimine aucun citoyen sur la base de sa religion ou de ses convictions. Il ne prend aucune mesure pour « refuser ou réduire la liberté […] des croyances religieuses d’autrui, ni pour contraindre, interdire ou entraver l’exercice de la religion ».[2] La Constitution interdit l’établissement d’une religion d’État. L’État peut verser des fonds à des « écoles privées ou paroissiales, sur une base juste et équitable, à des fins non religieuses ».[3]

La population est majoritairement chrétienne et le catholicisme est la principale forme de christianisme. Selon certaines estimations, environ la moitié de la population serait catholique. Les autres groupes religieux sont l’Église évangélique (environ 27 %) et les adventistes du Septième Jour (autour de 7 %) [4]. La secte Modekngei n’existe que dans le pays et, selon certaines sources, serait la religion d’environ 5,7 % des habitants [5]. Ses disciples combinent d’anciennes croyances animistes palaosiennes au christianisme. Bon nombre de ses adeptes vivent dans la petite ville d’Ibobang et assistent à des services religieux quotidiens. L’école Belua Modekngei se situe dans la ville.

Il existe aussi de petits groupes de musulmans, mormons, Témoins de Jéhovah, baptistes et de membres de l’Assemblée de Dieu, ainsi que d’autres groupes religieux. Il y a deux mosquées dans le pays. La communauté des expatriés comprend environ 400 musulmans du Bengale et environ 7000 catholiques philippins.

Malgré le fait qu’il n’y ait pas de religion d’État, Noël est un jour férié national et la plupart des événements nationaux comprennent des prières chrétiennes. Les groupes religieux doivent se faire enregistrer en tant qu’organisations à but non lucratif. Une fois inscrites en tant qu’organisations à but non lucratif, les Églises et missions sont exonérées d’impôt. Les missionnaires étrangers sont également tenus d’obtenir un permis du Bureau de l’immigration et du travail. Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (2016-2018), il n’a pas été signalé de refus du gouvernement d’accorder des permis individuels [6].

La loi ne permet pas l’instruction religieuse dans les écoles publiques. Toutefois, le gouvernement fournit une aide financière à toutes les écoles confessionnelles privées [7]. Les garanties constitutionnelles de liberté religieuse sont respectés dans la pratique.

 

Incidents

Il n’a pas été signalé d’importantes infractions à la liberté de religion, que ce soit de la part de l’État ou au sein de la société.

 

Perspectives pour la liberté religieuse

Le gouvernement et la société respectent la liberté de religion. Cela ne devrait pas changer dans un proche avenir.

Notes de fin de texte / Sources

[1] Republic of Palau Compact of Free Association, US Embassy Koror, https://pw.usembassy.gov/wp-content/uploads/sites/282/2017/05/rop_cofa.pdf

[2] Palau’s Constitution of 1981with Amendments through 1992, constituteproject.org, https://www.constituteproject.org/constitution/Palau_1992.pdf?lang=en

[3] Ibid.

[4] ‘Palau’, The World Factbook, Central Intelligence Agency, https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/print_ps.html

[5] Ibid.

[6] Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, ‘Palau’, Report on International Religious Freedom for 2016, U.S. Department of State, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper

[7] Ibid.

 

Qui sommes - nous?

Aide à l'Eglise en Détresse (AED) est un organisme de charité catholique rattaché directement au Saint Siège. Fondé en 1947, il soutient plus de 6 000 projets pastoraux dans plus de 140 pays chaque année. A travers ses trois pillliers que sont l'information, la prière et le partage, l'AED aide les chrétiens partout où ils sont persécutés, oppressés ou dans le besoin.